Climatisation automobile



La climatisation automobile fait régulièrement l'objet de polémiques, les écologistes s'opposant violemment aux adeptes du confort. Ces deux positions sont-elles réellement incompatibles ? Et la climatisation automobile est-elle systématiquement à refuser ?



La climatisation automobile est décriée par les écologistes car elle entraîne une surconsommation de carburant, contribuant ainsi à augmenter les émissions de gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique. Toutefois, les faits indiquent que la majorité des voitures achetées aujourd'hui sont pourvues de la climatisation automobile, qui est donc devenue une réalité difficile à contrer.


Un autre constat joue toutefois en faveur de la climatisation automobile : une ambiance plus fraîche permet au conducteur de conserver toute sa vigilance et limite ainsi les risques d'accident. La climatisation automobile n'est donc pas toujours un luxe superflu, mais peut dans certains cas équivaloir à une mesure utile pour augmenter la sécurité de tous sur la route.


Pour faire bon usage de la climatisation automobile, un minimum de bon sens est suffisant. Il est ainsi parfaitement inutile de mettre en marche la climatisation pour abaisser la température d'un ou deux degrés seulement. La climatisation ne se justifie pas non plus sur de courts trajets, notamment à la campagne où les vitres ouvertes peuvent apporter un peu de fraîcheur. En revanche, la clim' a un réel intérêt au cours des voyages longs, où la vigilance du conducteur a tendance à baisser tandis que sa fatigue augmente. La climatisation automobile peut enfin s'envisager lorsque des températures extrêmes rendent le moindre déplacement réellement éprouvant, et notamment lorsque des bébés ou de jeunes enfants sont à bord.